Informations sur la CBRT

Note importante au sujet des documents et images présentés ici !


Quelques informations sur la société CBRT, pas beaucoup plus d'informations sur ce constructeur.
Quelques liens en bas de page pour plus de données (en néerlandais).
Merci à Adrien Brysse et Michel Van Humbeeck pour les informations complémentaires.


La CBRT (Compagnie Belge de Radio et Télévision) a été fondée par les groupes Philips et ACEC en 1956.

Cette entreprise était localisée à Bruges (Brugge), Pathoekeweg 11.

CBRT logo

La vocation principale de cette entreprise fut l'assemblage de téléviseurs pour les marques belges ACEC, NOVAK, SBR et SIERA.

Ces téléviseurs destinés au marché belge ont en effet eu des électroniques (châssis) communs, très ressemblants aux châssis "authentiques" Philips.

Mais l'entreprise fabriqua aussi des téléviseurs pour d'autres pays, sous les marques suivantes : MEDIATOR, HORNYPHON, DUX, PYE, ERRES, ARISTONA, PHONOLA, et bien sur ... PHILIPS.

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, cette entreprise n'a jamais assemblé de récepteurs de radio.


CBRT

La production démarra le 25 novembre 1957, et le premier téléviseur emballé est sorti de l'usine le 27 décembre 1957.


Cette entreprise a connu un succès immédiat, puisqu'au départ elle employait 150 personnes, et en mars 1958 elle comptait déjà 280 travailleurs (voir graphiques ci-dessous).

En 1959, la surface utilisée par les ateliers était de 12.500m².
En juin 1961, un nouveau hall fut construit, la surface totale passant alors à 20.700m².
En août 1964, la surface passa à 29.000m².

En 1965, le millionième téléviseur assemblé sortit de l'usine.


CBRT

Le 18 mai 1968 commença la production de téléviseurs couleurs, à une cadence de 50 appareils assemblés par jour.

La production quotidienne de téléviseurs monochromes était à cette période de 1.300 unités par jour !


En septembre 1969, nouvel agrandissement de l'usine pour atteindre une surface totale de 39.000m².
Ceci fut suivi d'un 5e et dernier agrandissement en 1971 : la surface bâtie fut alors 59.000m² au total !

Cette même année 1971, Philips détenait 50% du capital de la CBRT.


CBRT

Le 25 avril 1974, la production de téléviseurs monochromes fut arrêtée à la CBRT.


En 1975, le groupe Philips devint détenteur de 70% du capital de l'entreprise.

En 1976, un total de 5.000.000 de téléviseurs (au total) étaient sortis des lignes d'assemblage de la CBRT.
Et en août 1978, c'est 2.500.000 téléviseurs couleurs qui y avaient été construits !

A la plus haute période d'emploi (1974), 2250 personnes étaient employées par la société, qui fut une des plus grandes unités d'assemblage de téléviseurs en Europe (voir graphiques ci-dessous).

En 1980, un centre de recherche et développement fut crée sur le site.


CBRT

Ci-contre un appareil produit au début des années 80.

C'est en 1981 que se situe le premier impact important de la concurrence japonaise sur la CBRT.


250 modèles différents avaient déjà été produits depuis le début jusqu'en 1981.

En 1980, 700.000 téléviseurs furent assemblés sur le site de Bruges (voir graphiques ci-dessous).

Les appareils étaient vendus en Belgique, mais aussi exportés vers 20 pays différents.

En 1981, pas moins de 4.000 composants différents étaient utilisés pour assembler les différents modèles.


CBRT

Vue aérienne des bâtiments de la CBRT au début des années 80.

CBRT

Organisation interne des usines CBRT en 1981.


En 1982, le groupe Philips devint détenteur de 100% du capital de l'entreprise.

En 1987, il sortait des lignes de construction un téléviseur assemblé toutes les 30 secondes !

En 1989, les premiers licenciements de personnel (300 personnes) suivis par d'autres en 1991 (200 personnes) et 1992 (195 personnes).

En 1990, les lignes produisaient 1.000.000 de téléviseurs par an.


CBRT

Graphique de 1981 : évolution du personnel employé par la CBRT.

La baisse est quasi constante depuis 1974, qui fut un sommet avec 2.250 personnes au total.

En pointillés : les perspectives pour l'année 81, en diminution également.

Ceci s'explique par l'automatisation des lignes de production et pas par la baisse des ventes, qui n'avait pas encore commencé (voir autre graphique ci-dessous).

CBRT

L'évolution du nombre de ventes d'appareils.

L'augmentation est constante et a carrément doublé depuis 1973 !

En pointillés : les perspectives pour l'année 81, qui étaient des prévisions à la baisse.

CBRT

L'évolution de la qualité des appareils.

Le premier graphique montre la nette diminution des appareils non fonctionnels en sortie de ligne de production.

Le graphique du milieu montre la diminution du taux de retours d'appareils (échelle verticale inversée). Très nette amélioration entre 1975 et 1980.

Le graphique du dessous montre le taux de pannes, en nette diminution.


L'augmentation générale de la fiabilité des appareils pendant les années 70 fut le résultat de plusieurs faits :

  • L'abandon total de l'usage des lampes dans les châssis des téléviseurs (excepté le tube cathodique bien sur)
  • La maîtrise de la construction des semi-conducteurs, en nette augmentation
  • L'usage généralisé du silicium pour les transistors et diodes (plus robustes que leurs équivalents au germanium)
  • L'amélioration dans la conception des composants passifs (surtout les condensateurs)
  • La généralisation des soudures automatisées (à la vague)
  • La diminution du câblage filaire interne par les circuits imprimés
  • La mise en place des tests successifs (politique qualité) dans l'organisation de l'entreprise


CBRT

L'organisation du contrôle qualité à différents niveaux, et structure de l'assemblage en 1981.

Des contrôles visuels ont déjà lieu au niveau des composants, avant leur installation.

Les différents assemblages sont testés avant d'être insérés dans les appareils.

Les appareils terminés sont réglés et testés également.

La plupart des tests ont lieu lors de l'assemblage, seuls les tests finaux sont effectués par le département qualité.

Cette méthode de tests multiples, aux différentes phases d'assemblage, garantit un moindre taux de pannes diverses des appareils.


Cette entreprise se nomma Philips Brugge par la suite (en quelle année? Pas d'info).

Une énorme restructuration eut lieu en 1996, qui fut une année noire pour l'entreprise avec 795 licenciements. Il subsista 575 personnes employées sur le site de Bruges.

En 2003, la production de circuits imprimés fut vendue au groupe Jabil, suivie en 2007 de la délocalisation en Pologne, 170 emplois perdus à Bruges.

L'entreprise se nomma ensuite TP-Vision (pas d'infos sur les années de changement de nom et statut).

A partir de 2009 il n'y eut plus de production à cet endroit et il ne subsista sur le site que le centre de recherche de TP-vision, qui a définitivement fermé le site en juin 2014.

Il n'y a plus rien ayant trait à la télévision qui subsiste sur le site de Bruges, les bâtiments ont été mis en vente à ce moment-là.

Références :

  • Contact E-mail avec Adrien Brysse le 30/11/2004.
  • Documents de visite d'usine du 21 septembre 1981 (merci à Michel van Humbeeck).
  • Liens (en néerlandais) ci-dessous. Les liens s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
    • Page CBRT sur Wikipedia - consulté en août 2016 et toujours valide le 25 octobre 2020
    • Informations sur la bibliothèque d'images de la ville de Bruges - consulté en août 2016, invalide le 25 octobre 2020
    • Un article de 2012 sur le site informatif Stadsomroep - consulté en août 2016, invalide le 25 octobre 2020
    • La fermeture de 2014 sur le site d'information HLN.be - consulté en août 2016, invalide le 25 octobre 2020
    • Le fermeture de 2014 sur le site du journal Het Nieuwsblad - consulté en août 2016 et toujours valide le 25 octobre 2020
    • Document pdf avec quelques chiffres sur le site de Geert Van Compernolle. - consulté en août 2016 et toujours valide le 25 octobre 2020
    • Photos de l'entreprise sur le site d'archives de la ville de Bruges - consulté en août 2016, invalide le 25 octobre 2020


Retour page fabricants belges

Retour page accueil

© Radiocollection.be, Thierry Magis 2008-2020