Réparation d'un magnétoscope SBR 8022.


Pour changer un peu des radios et de l'audio : un magnétoscope ancien, SBR type 8022.
Cet appareil a été commercialisé en 1982-83.

Il s'agit d'un appareil au standard de cassettes V2000, lancé par Philips tout à la fin des années 70. Ce système n'a eu qu'une durée de vie très courte, jusqu'en 1985 environ (la vente d'appareils a cessé définitivement en 1988). La qualité des images était excellente, mais c'est arrivé trop tard sur le marché, alors que le système VHS avait déjà quasiment gagné "la bataille des standards"...

A cette époque, SBR faisait déjà partie du groupe Philips depuis des années, commercialisait des téléviseurs construits par la CBRT et des magnétoscopes Philips simplement "rebadgés".

Voici l'occasion de se pencher sur un de ces appareils qui furent de courte durée de commercialisation. Il est souhaité ici de pouvoir relire des anciennes K7, enregistrées dans les années 80, et contenant des souvenirs familiaux.
Clic sur les petites images pour voir en plus grand dans une autre fenêtre...


SBR 8022

Voila l'engin, design très "début années 80", avec encore la cassette qui sort par dessus l'appareil.

Première chose qui surprend : le poids ! Il pèse presque 20kg !

SBR 8022

Vue de l'arrière, le couvercle supérieur vient d'être soulevé pour ouverture.

Très curieusement, pas de prise Peritel / SCART sur cet engin mais uniquement des prises DIN.

SBR 8022

Houla ! Une fois les capots inférieurs et supérieurs ouverts, on découvre une de ces usines à gaz !

Tout le châssis est en aluminium injecté, et la mécanique est totalement métallique. Voila une explication du poids assez inhabituel de cet appareil. Toutes les platines sont enfichées sur un circuit imprimé de base qui occupe la quasi totalité de de la surface.

SBR 8022

La face avant (avec les afficheurs) peut basculer et on voit ainsi mieux l'intérieur.

Les platines sont aussi reliées entre elles par des faisceaux de câbles assez conséquents.

SBR 8022

Un imposant bloc d'alimentation alimente tout ce petit monde. Transformateur classique et régulations linéaires, excepté pour une des tensions (12V pour les mécanismes) qui a une régulation à découpage.

SBR 8022

Voyant tout cela, il est clair que dépanner ce genre d'appareil sans la documentation technique est quasiment impossible.

Elle est disponible sur le web, mais aussi dans le lot récupéré il y a quelques années. Et les manuels de Philips sont souvent bien faits, on va voir si cela se vérifie encore ici !

SBR 8022

Rien que pour identifier les différentes platines et leur fonction, la documentation technique est indispensable. Heureusement, le lot contenait celles de la plupart des appareils V2000 Philips... Ce qui permet déjà d'identifier le modèle correspondant à ce SBR : c'est un châssis de Philips VR2023.

SBR 8022

Une fois le blindage protecteur ôté, on peut voir les têtes vidéo et audio.

La mécanique est massive, métallique. Les entraînements sont réalisés par câbles, c'est solide et surtout sans courroies ! Car les courroies Philips sont "bien" connues pour devenir mauvaises avec le temps... Ouf, il n'y en a pas ici !

SBR 8022

Aïe ! Premier dégât constaté, une trace de corrosion sur la tête vidéo !

Avant toute autre chose, il va falloir essayer de résoudre cela, car cette corrosion aura un effet sur la lecture, et le premier sera d'abîmer méchamment la bande magnétique qui viendra en contact. En effet, la tête est rotative et donc cela provoquera une usure du ruban magnétique de la cassette, qui s'enroule autour de cette tête !

SBR 8022

Examen visuel du reste de la mécanique, pas de traces de corrosion ailleurs que sur la tête. Tout est plein de poussière mais semble en bon état. Aucune pièce mobile ne coince quand manipulée à la main.

Après un premier nettoyage de la tête avec un produit de nettoyage pour métaux, puis à l'alcool, pourquoi ne pas faire un essai ? Une K7 au contenu non essentiel (film enregistré à la télévision) conviendra pour faire un premier test de mécanique. Dans le cas ou les choses tournent mal, on ne perd pas un contenu qui pourrait être unique (souvenirs de famille ou autre)...

A ce stade, et avec quelques précautions, rien ne s'oppose à mettre sous tension l'appareil une première fois. D'abord lentement, au variac, et en augmentant tranquillement la tension pour le "ramener à la vie" gentiment...

SBR 8022

Une fois alimenté à sa tension nominale (230V AC), rien ne fume, pas d'odeur de "chaud". Mais les afficheurs scintillent, il y a une instabilité dans les alimentations. Les moteurs démarrent mais saccadés lors des rembobinages. Au vu de ceci, pas d'essai de lecture directement...

SBR 8022

Commençons dès lors par l'alimentation, elle est farcie de composants pouvant avoir des soucis divers. Plus les habituelles pannes dues à la chaleur : soudures, pâtes thermoconductrices déssèchées,...

Ce bloc d'alimentation se démonte assez aisément, il faut déconnecter toutes les fiches y parvenant et enlever quelques vis.

SBR 8022

Très curieusement, sur la partie droite du circuit imprimé, se trouve la sérigraphie d'un éclair indiquant une tension élevée. Ah bon ? Dans un magnétoscope ? Un peu de lecture de la documentation m'apprends que la tête vidéo est montée sur des piézos, pour améliorer la stabilité de lecture et arrêt sur image. 

SBR 8022

Voila le bloc avec les redresseurs, condensateurs et régulateurs. C'est assez classique, contrôle des soudures, des composants... La partie de droite sort 2X 175V, pour les piezos.

SBR 8022

Les condensateurs bleus de Philips étaient de bons composants, mais on en trouve de plus en plus souvent des mauvais dans les appareils d'une quarantaine d'années et plus.

C'est le cas ici aussi, voici un condensateurs sensé faire 68µF... D'autres sont totalement morts, comme le 680µF, totalement coupé. Heureusement aucun n'est en court-circuit.

Les plus grosses capacités sont elles encore en bon état, de même que celles de la partie "haute-tension". Elles resteront en place, mais tous les autres seront remplacés.

SBR 8022

La bonne blague habituelle du condensateur de redressement cos φ secteur : ces Rifa qui explosent ou fument en dégageant une odeur épouvantable ! Ici il est monté juste derrière la prise de connexion au secteur. A noter que cet appareil n'a pas d'interrupteur général.

Remplacement de ce condensateur sans se poser de questions, même s'il a tenu lors du premier test !

SBR 8022

La platine avec le CPU qui gère les mécanismes, le timer,... est équipée de mémoires RAM statiques, et donc d'un accumulateur pour maintenir le contenu de ces mémoires.

C'est le cylindre jaune à l'avant plan, et bien sur après presque 40 ans, il ne tient plus la charge ! Mais au moins il n'a pas coulé partout...

Si le contenu des mémoires peut sembler accessoire (heure, programmes du tuner TV,...), comme les RAM ne sont plus maintenues par l'accu elles contiennent un peu n'importe quoi à la remise sous tension. Il faut donc les ré-initialiser en maintenant la touche "reset" enfoncée lors de la mise sous tension de l'appareil.

Mais il y a une autre astuce sur la platine CPU ! Car il est procédé régulièrement à un test de l'accumulateur . Ceci peut provoquer des remises à zéro du processeur... Dès lors, placement d'un condensateur de 3300µF / 6.3V en remplacement temporaire de cet accu : si les données dans les RAM ne seront pas maintenues longtemps, au moins il n'y aura pas de diagnostic mauvais accu périodique !

SBR 8022

Les remises en état de l'alimentation et de la platine CPU étant faites, il est temps de faire un premier essai de lecture.

La tête vidéo démarre bien, et la bande est prise par la mécanique pour s'enrouler autour.

SBR 8022

Connexion à un moniteur externe par les sorties vidéocomposite et son disponibles sur les prises DIN de l'appareil.

Une image apparaît... Oh ! Mais c'est ce brave Gendarme de Saint-Tropez !

La cassette est bien lue, mais en noir et blanc. Fut-elle enregistrée sur un autre appareil, en SECAM, ou est-ce autre cause ? Cette cassette était fournie avec l'appareil, mais sait-on jamais...

SBR 8022

Essayons une autre cassette. Voila un dessin animé d'Asterix.

L'image est correcte sans être parfaite, mais en noir et blanc aussi. Et c'est pareil avec d'autres cassettes provenant du même lot que l'appareil...

Autre souci : la lecture s'arrête régulièrement, sans raison apparente.

SBR 8022

L'appareil dispose d'une platine de gestion "chroma", pour la couleur.

Un signal d'entrée (provenant d'une autre platine) est un "chroma killer", et justement le transistor piloté par ce signal (un FET J300, à côté de la platine sur la photo) est en court-circuit !

SBR 8022

L'immense souci de cette construction est qu'il est très difficile de faire des mesures sur les platines, tant le montage est compact.

Philips commercialisait des connecteurs - rehausseurs, permettant de faire fonctionner l'appareil avec les platines surhaussées, et y faire des mesures. Evidemment, retrouver ces accessoires presque 40 ans après l'abandon de ce standard, impossible. Donc le dépannage se fait par mesures statiques sur les platines, ce qui a ses limites pour le diagnostic.

SBR 8022

La supression pure et simple (pour essai) de ce transistor sur la platine chroma ne résoud pas l'absence de couleur à la lecture.

Le signal chroma arrive sur une platine de synchronisation avec le signal de luminance. C'est la platine de la photo ci-contre.

SBR 8022

Essai de quelques condensateurs présents sur cette platine de synchro. Le test des condensateurs se fait sur deux appareils différents : un pont RLC (vu sur une autre photo ci-dessus) et ce testeur "chinois universel", pour confirmer les diagnostics.

Oups ! Encore un condensateur bleu défectueux, cette fois un de 1µF, proche du TDA2574. Le pont RLC confirme la mort du composant : 0µF !

SBR 8022

Et revoila la couleur après le remplacement de ce condensateur sur la platine synchro !

L'image n'est pas encore parfaite. Elle est relativement nette, les couleurs sont bonnes, mais il y a de nombreuses "taches" qui apparaissent, et par moments un moirage assez fort.

Et la lecture stoppe toujours, de façon aléatoire, parfois après quelques secondes, parfois après une demi-heure...

A ce stade, si tout n'est pas encore parfait, il semble que la machine puisse être sauvée, du moins dans sa fonction de lecture.

Il reste quelques soucis :

  • La qualité d'image à améliorer
  • Quelques faux contacts dans les connecteurs de "fond" des platines
  • De temps en temps la lecture s'interrompt encore et stoppe
  • La tension de la bande n'est pas idéale lors du rembobinage (rewind)
  • Le moteur d'entraînement bobine droite tourne un peu "saccadé" lors de la lecture
  • Et bien sur la rénovation complète de la tête vidéo à finir (suppression totale de la corrosion)

D'abord se pose la question de l'électronique. Il semble que pas mal de condensateurs soient bien malades dans cet appareil. Bien que je ne sois pas un fanatique du "recapage" intégral des appareils électroniques anciens, ici cela semble bien nécessaire.

Ensuite la mécanique, elle fonctionne mais il y a quelques petits soucis. Le risque d'y intervenir est évidemment de briser une pièce, qui est totalement introuvable de nos jours... Mais finalement elle est plutôt solide (quasi aucune pièce plastique) et l'électronique est bien construite : les travaux continuent donc !

SBR 8022

Le bloc mécanique se démonte par enlèvement de 3 vis.

Particulièrement imposant avec pas moins de 5 moteurs : 2 bobines, 1 cabestan, 1 tête vidéo et un pour la prise de la bande magnétique !

SBR 8022

Le manuel de service mentionne un accessoire pour surélever le mécanisme lors du dépannage (voir image ci-dessus). Facile à refaire avec quelques entretoises et 3 bouts de tige filetée M4...

Cela permet de mesurer la tension d'alimentation du moteur entraînement bobine, et de voir qu'elle n'est pas très stable.

SBR 8022

Sur la platine de commande des moteurs, pas mal de condensateurs électrolytiques également. On y trouve les habituels bleus à connexions axiales, mais aussi des orange à connexions radiales. Ces derniers ressemblent à des tantale, mais d'après la documentation ce sont bien des électrolytiques.

Echantillonage de tests, c'est pas terrible, pas mal sont défectueux. Vu les soucis potentiels, remplacement de la totalité de ces condensateurs polarisés sur cette platine.

SBR 8022

La voila "recapée"... Il devient difficile de trouver des condensateurs axiaux, dès lors on adapte des radiaux à la place. Par contre les nouveaux composants sont bien plus compacts que leurs "ancêtres"...

Les condensateurs non polarisés au mylar (type drapeaux de toutes les couleurs, souvent surnommés "tropical fish") sont laissés en place, ce sont des composants très fiables. Pareil pour les céramiques.

Améliorations, notamment dans la vitesse de rotation de l'enroulement des bobines. Mais la lecture s'arrête encore, aléatoirement. Et surtout si essai directement après la mise sous tension. Le phénomène se produit moins souvent quand l'appareil est "chaud". Encore des recherches à faire !

A suivre...



© Radiocollection.be, Thierry Magis 2021



Retour page réparations

Page accueil