Début d'année 2019 : une grande enseigne du "bon vieux temps" !


C'est un passage un peu par hasard en novembre 2018, dans une rue de ma ville natale (Verviers), que j'ai revu cet ancien magasin, fermé depuis déjà quelques années...
Ce fut un des plus beaux - si pas LE plus beau - show-room «hi-fi» de la ville. Ce magasin était tenu par Guy Glorian, bien connu comme musicien dans la région.

La rue Spintay, naguère prospère et commerçante, a progressivement été désertée suite à différents évènements. Aujourd'hui, les commerces sont tous fermés et cette rue va être revitalisée d'ici peu. Démolition de certains bâtiments, rénovation d'autres, et création d'un passage supplémentaire (passerelle au-dessus de la rivière Vesdre) vers un nouveau centre commercial dont la construction débute en 2019...

Dans les plans de réaménagement du quartier, le bâtiment ou se trouve cet ancien magasin va être détruit, pour justement faire place à la nouvelle passerelle... Si le magasin est fermé depuis longtemps (et les accès condamnés sans doute pour empêcher le "squat" de l'immeuble, totalement vide), l'ancienne enseigne lumineuse est toujours présente... Abîmée par endroits et très sale, certes, mais toujours la...

Et pourquoi pas tenter de la récupérer, pour le projet d'expo ?
Bien sur, pas question d'aller "comme cela" sans demander l'autorisation... Pas mon genre... Renseignement pris,  ce bâtiment a apparemment été exproprié par la Ville : je leur demande donc si la récupération est possible...
Et ce fut une excellente surprise, la Ville de Verviers accepta ma demande, fin 2018 !

Un tout grand merci au service des Travaux de Verviers, et à M. l'échevin Ben Achour !


Enseigne magasin Guy Glorian

Bon ! Maintenant, comment démonter le monstre ? 12 mètres de long ! Une première visite "au niveau du sol" avait permis de voir qu'elle semblait être constituée de plusieurs caissons associés entre eux dans le sens de la longueur.
Le temps de rassembler le matériel : échafaudage, échelles, outillage, matériel de balisage, véhicule... et nous voila sur place mi-janvier.

Ces enseignes sont constituées de profilés aluminium au-dessus et en-dessous du caisson. Les plaques de plexiglass sont glissées dans ces profilés, qui ont des rainures prévues pour cela. Le fond des caissons est constitué de plaques d'aluminium fin, attachées par vis ou rivets aux profilés. Enfin, de chaque côté, un morceau de profilé est attaché avec des vis, permettant le démontage.

Mais hélas, une fois positionnés à hauteur de l'enseigne,  nous constatons que les différentes longueurs profilés en aluminium sont soudés entre eux sur le dessus du caisson ! Certainement pour une question de solidité et d'étanchéité.
Et il n'est pas pensable de la découper sur place, trop dangereux.

Un examen de l'intérieur montre en plus que le caisson est renforçé tous les mètres environ (renforts verticaux) et que les joints entre les tôles de fond ne sont pas alignés sur ceux des profilés, pour rendre l'ensemble encore plus rigide.

Elle a été construite comme un cuirassé, cette enseigne ! Conçue pour défier le temps ! Et elle a certainement été installée sur place à l'aide d'une grue, à l'époque...

Enseigne magasin Guy Glorian


Bon, vu la complexité, on abandonne la première fois.
Mais tout compte fait ... réflexion faite, pourquoi ne pas commencer par récupérer uniquement les plexis imprimés dans un premier temps ? Cela éviterait plus de dégâts dus aux intempéries et autres.

C'est ainsi que ce 10 février pluvieux... On reprend ou on avait laissé, et pour des plexis seuls on peut travailler à l'échelle...
Même si certains sont cassés, plusieurs sont encore bons : les marques "Technics", "Akai", "Kenwood" et le grand morceau "Hi-fi center". A l'autre extrémité, le plexi "JVC" est toujours entier aussi. Les autres morceaux (le "Pioneer" et le long morceau recouvert de plastique repeint) sont cassés : stigmates du temps et sans doute du vandalisme...

Ces plexis sont bien sur en différents morceaux, ce sera plus simple pour l'enlèvement...

Enseigne magasin Guy Glorian

Non seulement cette enseigne était illuminée par des tubes TL, mais en plus le morceau "hi-fi center" était animé avec plein de petites lampes rouges. Le câblage de ces lampes part vers le milieu de l'enseigne et empêche le déplacement de ce plexi (il faut les glisser vers l'extérieur du caisson pour les enlever)...

Y'a pas : on suit les fils (différentes couleurs) et ceux-ci arrivent sur un petit boîtier en plastique...

Ces fils étant repérés par couleurs, on retrouvera bien le câblage d'origine par après. Un coup de pince coupante pour libérer le câblage... Clip ! Cela n'était de toutes façons plus sous tension depuis bien longtemps. Et ainsi on peut enlever ce plexi également, il n'est plus retenu par les fils.

Enseigne magasin Guy Glorian

Ah oui, plein de tubes TL là-dedans ! Pas moins de 16 tubes 65W et 4 tubes de 20W! Des anciens gros tubes de 38mm, sans doute en place depuis  bien longtemps... Sacrée consommation en tout cas, sans parler des petites ampoules !

Vu que les plexis partent, enlèvement de tous ces tubes pour éviter tout accident (un qui se détache avec le vent, ou vandalisme) : les débris de verre de ces tubes sont hyper coupants...

Enseigne magasin Guy Glorian

Presque tous les plexis sont ôtés, et on continue l'enlèvement des tubes...

Seul le morceau central de l'enseigne restera en place, pas trouvé comment il se démonte, et il tient fort bien ! De toutes façons, il est tout cassé...

Enseigne magasin Guy Glorian

Voila voila, c'est démonté : plus qu'à embarquer tout le bazar ! Le plexi sur lequel n'apparaissait plus rien était en fait marqué d'origine avec le nom du propriétaire du magasin, mais avait été par la suite recouvert d'autocollants, puis repeint... Allez savoir pourquoi...

En tout cas, ce morceau était déjà cassé , fendu de partout, et est tombé en morceaux au moment du chargement dans le véhicule.

Enseigne magasin Guy Glorian

Il nous a assez plu dessus, on termine de charger tout et on se barre !

On est trempés jusqu'aux os, mais c'est fait !

Enseigne magasin Guy Glorian

Enfin de retour à la maison ! Des vêtements secs, et un bon repas : prêt pour le tri et le nettoyage !

Et d'abord ce boîtier, devenu tout sale avec le temps et les intempéries : certains plexis étaient cassés, de ce fait l'eau et la poussière ont pu entrer dans le caisson... Tous les fils venant des petites lampes aboutissent dans ce boîtier... coffret de jonction, ou ... ?

Enseigne magasin Guy Glorian

L'intérieur du boîtier contient une électronique ! Un peu humide mais sans corrosion ni crasse, très certainement récupérable à première vue. Il y a même encore le schéma de connexion et un fusible de réserve dans le boîtier...

4 triacs, des circuits intégrés : voila le module qui faisait clignoter les petites lampes !

Enseigne magasin Guy Glorian

Un des plexis (celui qui avait été repeint) était déjà cassé et fendu, et s'est cassé totalement lors du chargement.

Recouvert d'une mousse végétale verdâtre, qui sent la marée basse... Cette mousse est présente un peu partout mais surtout sur cette partie-ci : elle a pu s'accrocher à la peinture.

Enseigne magasin Guy Glorian

Voila les plexis avec les marques, après un premier nettoyage (ou plutôt "décrassage") !

Le plexi de droite (Pioneer) est cassé, dommage.
Mais bon, il y a déjà une enseigne de cette marque dans la collection... Les autres sont intacts, juste un peu délavés pour le Akai (surtout) et le JVC....

Enseigne magasin Guy Glorian

Le grand plexi, après nettoyage et supression des petites lampes rouges !

C'était un truc de dingue cette enseigne... Rien que ce plexi fait plus de 3 mètres de long. 60 ampoules rouges pour le sous-lignage et 35 pour les lettres "hi-fi" ! L'autre plexi, cassé, était plus court et comportait 40 lampes du même type... Cette enseigne était magnifique, sans doute une des plus belles de la rue.

Enseigne magasin Guy Glorian

Les petites lampes rouges... hélas...

Constituées d'un socket en plastique, dans lequel se vissait la petite ampoule E10. La corolle du socket était le support du cabochon rouge. Mais la matière de ces corolles est devenues mauvaise avec le temps, et les cabochons sont tombés au fur et à mesure (peut-être aussi avec l'aide de vandales car certaines ampoules étaient "smashées"). Il n'en reste qu'une trentaine... Et les sockets ne sont pas récupérables non plus. On y lit encore "Elios" et "Made in Italy".

Il va donc falloir trouver une solution de remplacement pour ces lampes rouges ! Et de préférence avec des petites lampes à incandescence, pour rester dans le look de l'époque. Voici deux vues de ces cabochons : vue 1 et vue 2.

Enseigne magasin Guy Glorian

Après quelques jours de séchage, posée sur un radiateur, la commande électronique des petites lampes rouges a redémarré immédiatement sans autre forme de procès ! Elle produit un clignotement des ampoules (4 canaux), créant un genre de "vague" lumineuse du plus bel effet. Il y avait donc 135 ampoules, de 60V / 5W chacune. Ces lampes étaient connectées en série, par groupes de 5.

Du matériel d'excellente qualité, conçu et réalisé pour durer. Les circuits intégrés TTL datent de 1976 et 1977...

Reste que des plexis seuls, c'est bien sur pas réutilisable tel quel. Deux solutions : reconstruire un caisson ou bien... voir au moment du début de la démolition, pour faire détacher et descendre le caisson d'origine au niveau du sol par les "pros", qui seront inévitablement sur place avec du matériel adapté.

L'idée est de refaire 3 caissons pouvant s'accoupler entre eux : deux marques de chaque côté, encadrant le grand panneau "hi-fi center". Avec les autres enseignes d'intérieur Sony, Sanyo et Pioneer déjà retrouvées et restaurées, cela fera une superbe devanture de magasin de hi-fi de la grande époque dans la future expo !

Le début de la restauration de cette enseigne !


Retour page découvertes

Page accueil