La marque Carad.


Note importante au sujet des documents et images présentées ici !


Cette entreprise fut fondée en 1924 par Gabriel Carpentier. 

L'usine était située Harelbeekstraat, à  Kuurne (près de Courtrai), en Flandre Occidentale. 

Au départ, la production était centrée sur les pièces détachées : condensateurs variables et commutateurs, sous la marque Carpentier. Ce matériel fut vendu entre autres par Radio-Bourse (voir les catalogues 1932-1933 notamment) et ITAX.

La marque Carad (Carpentier Radio) est apparue par la suite.

Après la guerre, la société mit en production des récepteurs de radio, du matériel de sonorisation, des magnétophones professionnels de haute qualité, de la Hi-Fi haut de gamme, et des téléviseurs. 

Gabriel Carpentier

Gabriel Carpentier
1900-1996

Carad logo

Gabriel Carpentier est originaire d'une famille active dans la farbication du lin. Mais il était plus attiré par la mécanique de précision et la nouvelle technologie de la radio "sans fil". 

C'est en 1924 qu'il démarre son entreprise, dans un entrepôt appartenant à son père, avec la construction de condensateurs variables de précision, de commutateurs et pièces détachées pour la radio. Ces pièces sont marquées "G.C". Les transformateurs étaient eux marqués avec le logo "Cartran" (voir ces logos ci-dessous).

En 1926, un premier bâtiment est construit sur le terrain de la maison familiale, Doornstraat à Kuurne. 

En 1936 un nouveau bâtiment est érigé dans la Harelbekestraat, toujours à Kuurne. 

En 1940, la société conçut son premier modèle de récepteur de radio. Tout était prêt pour la construction en série, mais la guerre éclata...   

En mai 1940, pendant la terrible bataille de la Lys, le bâtiment de Harebekestraat fut incendié et détruit. 

Certaines productions ont continué pendant la guerre, dans l'ancienne usine de Doornstraat, notamment la construction de lampes de poche et de supports de piles. 
Le bâtiment de Harelbekestraat fut reconstruit pendant la guerre, et ainsi l'entreprise put ainsi redémarrer directement à la Libération. 

Après guerre, les premières radios ont été commercialisées. L'entreprise n'achetait que les lampes, supports, résistances et condensateurs. Tout le reste des pièces nécessaires (châssis, cadrans, transformateurs, pièces mécaniques) était construit par les ateliers Carpentier.

C'est dans les années d'après guerre que cette entreprise connut une expansion extraordinaire.

Pendant les années 50, l'entreprise conçut et réalisa également des ballasts pour les lampes fluorescentes. 

Dans les années 50-60 les équipements audio haut de gamme furent conçus et réalisés par la société. Les premiers magnétophones à bobines avec trois moteurs de précision Papst, mais également les amplis, tuners, enceintes, ... Voir la page "hi-fi Carad" consacrée à ces équipements.

L'entreprise construisait également des appareils de radio, souvent inclus dans des ébénisteries originales et comprenant aussi des platines disques et même des magnétophones. Voir page "radios Carad" pour plus d'infos sur ces appareils.

Carad a également produit des magnétophones et équipements pour les laboratoires de langues, ainsi que des enregistreurs industriels, notamment pour le bureau d'études Laborelec.

Outre les activités de construction, Carad fut aussi importateur en Belgique du matériel Thorens, Ortofon, et RCF.

En 1954 l'entreprise commenca la production de téléviseurs noir et blanc multistandards. L'étude avait commencé bien avant, à la fin des années 40. L'émetteur de Lille était proche de la Belgique (en 819 lignes) et les émetteurs hollandais et allemands (en 625 lignes) étaient aussi captables en Belgique. Il fallait donc pour ce pays des téléviseurs multistandards. Quelques téléviseurs sont visibles sur la page "téléviseurs Carad" de ce site.

Amplificateurs de sonorisation et électrophones étaient également au programme de la marque, quelques modèles visibles ici.

Dans les années 60, la société collabora avec Telefunken pour la conception et réalisation d'appareils de télévision en couleurs.

A partir de 1965, les appareils Hi-Fi furent construits avec des semi-conducteurs en lieu et place des lampes.

Au plus fort de son activité, la société employait plusieurs centaines de personnes.

La société fut reprise à la fin des années 60 (année exacte?) par le groupe anglais Thorn, qui vendit certaines de ses productions (Ferguson,...) sous la marque Carad.

En 1973 fut crée le dernier développement de la marque, le magnétophone professionnel R73. Une photo et la documentation de cet appareil sont disponibles sur la page "hi-fi Carad".

En 1975, le groupe Thorn mit fin à l'entreprise, et cela semble s'être assez mal passé d'après un document d'époque signé "Nesten" : il y est relaté une occupation de l'usine par le personnel et d'autres choses "bizarres". Ce document n'est pas publié ici pour des raisons évidentes de droits d'auteur.
A noter que la fermeture de l'usine Carad a été également mentionnée en débat parlementaire le 4 février 1975, rapportée dans le Moniteur belge N° 48 de 1975 (page 1424). 

La marque Carad a réapparu plus tard sur des appareils bon marché produits en Corée. Ceux-ci n'avaient plus rien à voir avec l'entreprise de départ (un de ces appareils visible sur la page hi-fi). Il y a même eu des appareils électro-ménager (lave-linges,...) vendus en Belgique sous cette marque ! 

Après la reprise par le groupe Thorn, le logo fut modifé, comme illustré ci-contre, pour intégrer le logo de Thorn à côté du nom Carad. 

Carad logo


Des appareils produits par la société, sur différentes pages : voir liens ci-dessous. 

Quelques photos de la société ci-dessous.

Carad

Le logo Cartran était apposé sur les transformateur et les selfs. 

Carad

Le logo G.C. était apposé sur les pièces détachées. 

Carad

Un sélecteur de gammes pour radio AM. Cette photo illustre bien la qualité des pièces et de l'assemblage produit par la firme.

Carad

L'atelier de bobinage, fin des années 40. 

Carad

Trois ingénieurs (contremaîtres ?) devant l'usine, milieu des années 50 (?). 

Carad

Gabriel Carpentier applaudi par ses employés lors d'une fête du personnel. Début années 60 ? 


Grand merci à Jacques Deseyne pour les documents et informations. Mise à jour : novembre 2015.


Publicités

Hi-Fi

Radios et meubles

Téléviseurs

Electrophones et divers


Retour page constructeurs belges

Page accueil